Appuyez sur le bouton partager en bas de votre navigateur, puis sur "Sur l'écran d'accueil" pour obtenir le mode plein écran et des temps de chargement plus rapides. OK
FFM

Premiers tours de roue pour nos pilotes

Communiqués

Premiers tours de roue pour nos pilotes J-5 avant le départ. L’heure est venue de prendre des nouvelles de nos pilotes. On est allés à leur rencontre après leurs premiers tours de roue sur la terre mexicaine à l’occasion du training d’hier matin. Le plus expérimenté d’entre eux, Seb Guillaume (HUSQVARNA), qui compte 9 sélections aux ISDE, nous donne son point de vue sur ce début de semaine :-Cette année, nous sommes arrivés quelques jours plus tôt que les années précédentes, ce qui est nettement plus confortable. Au delà de nous permettre l’acclimatation nécessaire à l’altitude, ça nous à surtout permis de créer assez tôt une cohésion dans le groupe. On se rend compte depuis quelques années que c’est cette cohésion qui fait la force de notre équipe. Cela prend toujours un peu de temps pour souder un groupe. Le premier jour, tout le monde est hésitant, puis au fur et à mesure, l’émulsion prend entre tous les pilotes et les assistants. C’est primordial pour que les informations circulent bien entre les gens durant la course. Par exemple, pendant la course, il faut parfois modérer les ardeurs. Même si tout le monde à bien conscience qu’on ne joue pas la performance individuelle, il faut parfois repasser le message durant la semaine. Et c’est beaucoup plus simple quand on s’entend bien, comme c’est le cas aujourd’hui. Je ne sais pas si on peut considérer que j’ai le rôle de capitaine dans l’équipe, mais ce qui est sur, c’est que j’aime beaucoup faire en sorte que les gens se sentent bien entre eux. Seb Guillaume. Fer de lance de son équipe, Ludivine Puy (GAS-GAS), championne du monde en titre, nous parle de son “avant-course” et des ambitions du trio féminin :-La semaine à commencé pour moi avec une petite entorse à la cheville. Rien d’alarmant, mais je vais devoir limiter les dernières reconnaissances de spéciales pour ne pas trop la solliciter. Je les connais déjà bien, ça ne devrait pas poser de problèmes. Ces spéciales ont d’ailleurs une particularité ici, elles sont très courtes et peu techniques. Ce sera difficile de creuser de gros écarts. Il faudra que l’on reste vigilantes pour ne pas chuter. On surveillera également de prés certaines délégations que l’on ne connait pas, les mexicaines par exemple dont on ne sait rien. Vivement les premières spéciales que l’on ait de bonnes indications. Finalement, si elle se révélait être une équipe de haut niveau, ce ne serait pas plus mal. C’est toujours bon pour la motivation d’avoir de bonnes équipes face à nous. Concernant mon équipe, je retrouve Audrey Rossat (GAS-GAS) qui est ma coéquipière traditionnelle des 6 jours, on vit l’aventure ensemble depuis le début, et Blandine Dufrene (GAS-GAS) pour qui c’est une première. L’entente est très bonne entre nous, et on tâchera avec Audrey de faire profiter Blandine de notre expérience. Ludivine Puy. Chez les juniors maintenant, une équipe toute neuve se présente cette année au Mexique. C’est Antoine Basset (HUSQVARNA-EEAT) qui se colle au jeu des questions :-Les spéciales que l’on a repérées depuis le début de semaine me conviennent parfaitement. Le terrain sera très dur. Ca va taper, mais ça ne devrait pas se creuser beaucoup. On a réglé la moto en fonction de ces paramètres ce matin au training en travaillant sur les suspensions. Maintenant tout est calé. Concernant mon équipe, il y a une bonne ambiance entre nous, on rigole bien ensemble. Nous rêvons tous évidemment à la victoire, même si l’on sait que la tâche sera très difficile. Les espagnols présentent une équipe redoutable et il sera très dur d’aller les chercher. Mais tout peut arriver, nous avons tous les quatre des motos de grosses cylindrées et leur fiabilité peut s’avérer un atout sur une épreuve de cette durée. Antoine Basset. Pendant que les pilotes réglaient leurs motos au training, Fred Weill (Entraineur National des Equipes de France FFM) et Pierre-Marie Castella chaussaient les bottes et partaient faire la reconnaissance des jours 1 et 2. A son retour, Fred nous donne les premières indications sur le tracé que découvriront les pilotes lundi :Il faudra que les pilotes soient très vigilants. Le parcours révèle de nombreux pièges. La boucle, qui fait environ 120 Km (elle sera parcourue deux fois chaque jour) alterne des passages très caillouteux, avec des passages en latérite très glissante. En plus de cela, tout est très sec ici et il y aura beaucoup de poussière. Un paramètre de plus qui va obliger les pilotes à une prudence extrême. Une chose est sûre, ce ne seront pas des ISDE faciles. Le parcours sera usant pour les pilotes comme pour les machines et il faudra bien veiller à l’état des filtres à air. Fred Weill surplombant Morelia Fin de journée sur le paddock : le training est terminé, les réglages des motos validés. Il ne reste plus aux mécaniciens qu’à remettre les motos à neuf pour leurs passages au contrôle technique vendredi.