Appuyez sur le bouton partager en bas de votre navigateur, puis sur "Sur l'écran d'accueil" pour obtenir le mode plein écran et des temps de chargement plus rapides. OK
FFM

Championnat de France Enduro – Samedi

Communiqués

Comme il y a 4 ans, c’est sous un soleil radieux que la Bretagne accueillait ce matin la seconde manche du championnat de France d’ Enduro. Et malgré une poussière tenace, composante inévitable de telles conditions météo, le public breton a répondu présent pour assister au spectacle. Belle récompense pour les bénévoles du Scaër moto verte qui ont fourni un travail de titan ces dernières semaines pour permettre aux 300 pilotes présents de bénéficier d’un tracé exceptionnel. Tracé qui aura permis à certains de se révéler aujourd’hui, mais qui aura aussi été piégeux pour d’autres. On a notamment vu Loïc Larrieu (HVA) chahuter Christophe Nambotin en E1 et Jeremy Miroir (Yamaha) dominer outrageusement en Junior. Pela Renet (Husqvarna) reste l’indéboulonnable patron du E2, et la catégorie E3 voit l’abandon de Mathias Bellino (Husqvarna), blessé au genou.

 

-Catégorie E1:

Chez les E1 , la surprise du jour vient de chez Husqvarna. Loïc Larrieu, l’ancien crossman recruté par Eric Bernard et champion de France junior l’an passé, a clairement franchi un cap. A la lutte dès la première spéciale avec le leader Christophe Nambotin (KTM), il boucle le premier tour à quelques dixièmes du champion du monde. Il ne parviendra pas à rester au contact jusqu’à la fin de la journée, mais termine avec une belle avance sur les autres pensionnaires habituels du podium, Marc Bourgeois (Yamaha) et Anthony Boissiere (Moto Pulsion-Sherco). C’est ce dernier qui accède à la troisième marche du podium grâce à une bonne fin de journée lui permettant de prendre l’ascendant sur Bourgeois.

Classement E1

 – 1/ Christophe Nambotin

– 2/ Loïc Larrieu

– 3/ Anthony Boissière

 

 -Catégorie E2:

Le grand absent de la catégorie E2 était bien évidemment Antoine Méo. Le pilote KTM a entamé une convalescence qui va le tenir écarté des banderoles pendant plusieurs mois et tous avaient aujourd’hui une pensée à son égard, lui souhaitant de se rétablir au plus vite.

Restait à savoir si l’absence de son rival avec qui il se battait à la seconde près allait avoir une incidence sur la motivation du leader Pierre-Alexandre Renet (Husqvarna). A priori non car il s’adjuge la totalité des chronos du jour et creuse un écart confortable avec ses poursuivants. On retrouvait dans cette catégorie Julien Gauthier (Moto Pulsion-Sherco). L’auvergnat, qui renouait avec le championnat de France après plusieurs semaines d’arrêt suite à une blessure à l’épaule, entamait parfaitement la journée à la seconde place. Il tentera tant bien que mal de conserver cette place en fin de journée et de résister au retour de Romain Dumontier (Yamaha), en vain. Un état de forme qui a baissé au fur et à mesure que le terrain se défonçait a eu raison de ces ambitions. Il termine troisième derrière Dumontier.

Classement E2

– 1/ Pierre-Alexandre Renet

– 2/ Romain Dumontier

– 3/ Julien Gauthier

 

 -Catégorie E3:

Le duel entre les 2 stars de l’ E3 a tourné court. Chutant dans la SP 2 du second tour, le pilote Husqvarna Mathias Bellino s’est blessé au genou et a dû abandonner. Nous ne connaissons pas encore la nature de sa blessure, mais il pourrait ne pas prendre le départ demain matin. Même s’il aurait préféré un autre scénario, cet évènement fait les affaires de Jérémy Joly (KTM) qui gagne facilement la journée et s’échappe au championnat avec 17 points d’avance sur Antoine Basset (GasGas). Ce dernier, malgré un premier tour timide, prend la seconde place aujourd’hui, devant Manu Albepart (Beta).
A noter le retour d ‘Alexandre Queyreyre (Beta) qui était présent à Scaër avec la seule ambition d’emmagasiner du roulage. Sorti de blessure, il vient de reprendre la moto et a dû serrer les dents toute la journée. Il termine cinquième.

Classement E3

– 1/ Jérémy Joly

– 2/ Antoine Basset

– 3/ Manu Albepart

 

 -Catégorie Junior:

Quelle performance du jeune Jérémy Miroir (EEAT-Yamaha) ! Leader de sa catégorie sans avoir de victoire à son compteur, il a remédié à ça aujourd’hui en s’imposant avec 50 secondes d’avance et en gagnant 7 des 9 chronos. Il signe d’ailleurs un cumul de temps qui le placerait sur le podium de la catégorie E2 ou E3. Auteur d’une belle journée, Théo Bazerque, représentant de la Sherco Academy, retrouve une place plus cohérente avec ses ambitions, après sa contre-performance le Dimanche à Uzerche. Il fait un bond au général et remonte à la seconde place du général. Premier podium pour Maëlig Bron-Fontanaz. Le co-équipier de Miroir à l’ EEAT ne cesse de progresser et c’est logiquement qu’il accède à la 3ème place aujourd’hui. Dans une catégorie Junior toujours aussi ouverte, il peut nourrir de belles ambitions cette saison.

Classement Junior

– 1/ Jérémy Miroir

– 2/ Théo Bazerque

– 3/ Maëlig Bron Fontanaz

 

-Catégorie Féminine: 

Victoire de Géraldine Fournel (Sherco Academy) chez les féminines. Si elle s’impose sur 4 des 6 spéciales courues, la tâche n’a cependant pas été facile. La faute à la jeune sociétaire du moto-club lozérien, Samantha Tichet. Très en forme, elle vient de s’illustrer sur le mondial et prouve qu’elle représente aujourd’hui la génération montante de l’enduro féminin français. Elle termine donc seconde et devance Juliette Berrez (Yamaha), troisième.

Classement féminines

– 1/ Géraldine Fournel

– 2/ Samantha Tichet 

– 3/ Juliette Berrez

 

-Catégorie Constructeur: 

Méo absent, c’est le résultat de Jérémy Joly qui comptait pour le classement du trophée constructeur. Sa victoire additionnée à celle de Nambotin place KTM à la tête du trophée constructeur aujourd’hui. Sherco monte sur la seconde marche grâce aux bons résultats de Bazerque et Boissière, et la troisième place revient à YAMAHA.

-Classement Constructeur :

– 1/ KTM

– 2/ SHERCO

– 3/ YAMAHA

 

Les leaders auront l’occasion demain de poser de précieux jalons pour la course au titre. Il faudra pour ça rester très concentré. Le tracé s’est beaucoup creusé et est devenu très usant en fin de journée, promettant une course très longue et des risques d’aller à la faute.