Appuyez sur le bouton partager en bas de votre navigateur, puis sur "Sur l'écran d'accueil" pour obtenir le mode plein écran et des temps de chargement plus rapides. OK
FFM

Championnat de France Enduro – Aiglun (Samedi)

Communiqués

 

Après une première épreuve Aveyronnaise trop arrosée, la seconde manche du Championnat de France d’Enduro avait rendez-vous aujourd’hui avec une température estivale. Malgré un parcours de liaison sans grande difficulté, les pilotes semblaient heureux de pouvoir se rafraichir à l’arrivée, après plus de 8 heures de moto sous une trentaine de degrés.  Cela faisait 7 ans qu’une épreuve d’enduro de cette envergure n’avait pas été organisé dans cette région et force est de constater que le Moto Club Dignois, organisateur, a tout fait pour que cet événement puisse se renouveler ces prochaines années. Des consignes très claires sur le respect de tous les secteurs traversés ont été transmises aux pilotes de manière à ce qu’une image exemplaire de la discipline puisse être diffusée dans cette région sensible. Mission réussi.

Sur le plan sportif, Les catégories E1, E3 et Junior ont vu leur favori s’imposer. Ce n’est pas le cas en E2, ou l’on assiste à un podium inédit.

 

-Catégorie E1 :

 La catégorie E1 a vu une nouvelle fois la domination du local de l’étape, le dignois Antoine Méo (KTM). Même s’il était le favori logique, il a tout de même surpris en prenant le départ au guidon d’une 125 alors qu’il roule habituellement sur la 250 4 temps. Il gagne 7 des 9 spéciales de la journée et termine 21 secondes devant rodrig Thain (HM-Honda). Derrière eux, un duo Joly (Yamaha) / Planet (Sherco) s’est livré bataille toute la journée. Le pilote Sherco aura le dernier mot, il monte sur la troisième marche du podium.

Classement  E1
– 1/ Antoine Meo – 46:01.53
– 2/ Rodrig Thain – 46:23.36
– 3/ Fabien Planet – 47:19.62

 

-Catégorie E2 :

Surprise en E2. Pierre-Alexandre Renet, le pilote Husaberg leader du mondial, a, dès la première spéciale, perdu ses chances pour la victoire. Il chute dans la SP1 et se blesse à la cheville. Il terminera 4ème de la journée.

La victoire revient à l’invité du week-end, le finlandais multiple champion du monde Juha Salminen (Husqvarna). Une victoire qui lui a été disputée toute la journée par Julien Gauthier (Kawasaki) auteur d’une course remarquable. Jeremy Tarroux (KTM) termine 3ème. Les pilotes étrangers ne pouvant pas marquer de points en championnat de France, un second podium a été présenté, célébrant la victoire de Julien Gauthier.

Classement  E2
– 1/ Juha Salminen – 47:13.477
– 2/ Julien Gauthier – 47:22.896
– 3/ Jeremy Tarroux – 47:41.042

 

-Catégorie E3 :

 Le scénario de la catégorie E3 est quasiment identique à celui de Requista. Une domination sans partage de Christophe Nambotin qui s’adjuge toutes les spéciales de la journée. Derriére lui, toujours le solide Emmanuel Albepart, qui, même loin des prairies auvergnates, a su imposer sa 500 Beta sur la seconde marche du podium. Sebastien Guillaume (GasGas) compléte le podium.

Classement  E3
– 1/ Christophe Nambotin – 46:07.705
– 2/ Manu Albepart – 47:56.141
– 3/  Sebastien Guillaume – 48:05.593

 

-Catégorie Junior :

 Chez les Juniors, Matthias Bellino (Husaberg) a démarré la journée par un premier tour prudent, puis a trouvé sa vitesse de croisière pour  finir à une désormais habituelle première place. La seconde place s’est disputée entre Romain Boucardey (KTM) et Kevin Rohmer (EEAT-Yamaha). Le pilote KTM aura le dernier mot, Rohmer concédant une dizaine de secondes en chutant dans l’extrême.

 Classement  Junior
– 1/ Matthias Bellino  – 47:10.689
– 2/ Romain Boucardey – 48:46.554
– 3/  Kevin Rohmer– 48:50.274

 -Championnat constructeur :

Avec les 2 victoires récoltées en E1 et E3 avec Antoine Méo et Christophe Nambotin, le team KTM managé par Eric Bernard assoit sa domination dans ce championnat en récoltant de nouveau 50 points.

 

Demain, les pilotes auront à faire à une spéciale en ligne qui s’est beaucoup dégradé et qui sera beaucoup plus exigeante. Associé à une température qui ne devrait pas baisser demain, les organismes seront fortement sollicités et la course révélera peut-être de nouvelles surprises.